Quelle différence entre psychiatre et psychologue ou psychanalyste ?
Petite revue des métiers du soin psychique


Le psychologue clinicien

Le rôle du pyschologue clinicien est d'évaluer les troubles présentés par le patient via des entretiens et/ou un bilan psychologique (tests de personnalité, projectifs, etc.), et de proposer une psychothérapie appropriée. Tous les psychologues cliniciens ont le titre de psychothérapeute. Le psychologue clinicien ne prescrit pas de médicaments.

Le psychiatre

Le psychiatre réalise une évaluation des symptômes présentés et établit un diagnostic médical. Il peut soigner via la délivrance de médicaments et/ou via la psychothérapie. Tous les psychiatres ont le titre de psychothérapeute.

Le psychothérapeute

Le rôle du psychothérapeute est de mettre en place un suivi thérapeutique avec le patient à la suite d'une évaluation médicale ou psychologique. Les thérapies peuvent être de formes variées : parole, médiation artistique, médiation corporelle, hypnose, etc.

Il existe des thérapies dites brèves ou cognitives/comportementales qui visent à obtenir une modification du comportement sans nécessairement questioner l'origine des dysfonctionnements. Elles sont souvent efficaces sur des symptômes aigus et circonscrits (phobies, TOC).

D'autres thérapies, d'inspiration psychanalytique, voient les symptômes comme une manifestation d'un trouble plus profond dont la compréhension de l'origine est indispensable à une amélioration durable. Ces thérapies, aux durées et formes variables, sont souvent efficaces sur des blocages internes (dépression, inhibitions, angoisses diffuses) et permettent une re-construction interne et une ouverture à soi.

Le psychanalyste

Le rôle du psychanalyste est d'accompagner le patient dans un travail en profondeur d'analyse. Ce travail vise à rendre conscients les schémas inconscients qui génèrent des conflits internes et entravent le fonctionnement psychique.

L'analyse est un processus au cours duquel la relation patient-analyste permet une transformation en profondeur des mécanismes inconscients, rendant le patient plus libre et plus en adéquation avec sa personnalité profonde. La frontière entre une analyse et une psychothérapie analytique est parfois mince. Elle tient en partie au dispositif (face-à-face ou divan) et à la fréquence des séances (plus rapprochées en analyse pour supprimer les résistances). L'effet d'une psychanalyse réussie est toujours profond et durable. L'analyse n'est pas nécessairement une thérapie de longue durée mais elle demande un engagement important.

Le choix entre psychothérapie et analyse se fait au cours des premiers rendez-vous.